Eaux tumultueuses

♫♪ English version here ♪♫

Bien le bonjour tout le monde !

Je comptais les jours où je ne publiais pas après avoir repris le travail, après deux semaines j’ai arrêté car « je n’avais pas le temps ». Avec le recul je dirai que c’est faux, je ne me suis pas donnée le temps de le faire. En réalité, avec la reprise du travail, il s’est passé bien des choses à la maison. Bien que notre rythme de vie a été mis sans dessus dessous, tout allait bien. Mais à peine j’ai pris mes repères de prof d’anglais, j’ai eu une douche froide.
Pour ceux d’entre vous qui se rappellent de ma note d’ouverture, j’utilisais la métaphore de la vie étant un long fleuve tranquille. Il y a deux semaines je suis arrivée dans les eaux tumultueuses. Émotionnellement. Psychologiquement également. J’avais été hospitalisée et opérée en avril et je pensais que c’était fini et que je pouvais passer à autre chose. C’est ce que j’ai fait en acceptant avec joie un poste dans un collège. Sauf que ce n’était pas fini. Au contraire. Mais, c’est la vie ! Et je l’ai appris : ne pas se morfondre sur soi-même. Oui, cette note-là, je m’en rappelais, m’en rappelle toujours d’ailleurs.

Et je suis tombée dans un autre piège : me sentir coupable. Tellement de belles choses étaient arrivées, que je m’en voulais et me disais que j’avais attiré le mal qui arrivait après cette période de bénédictions. Et non, je ne rigole pas. C’est un piège vieux comme le monde et je ne trouve pas d’autre idée que de tomber dedans.
En plus, tant qu’à faire, ne voulant pas réfléchir au problème, je me suis simplement enfermée dans une routine au pas de course pour ne pas avoir le temps d’y réfléchir et pour tomber de sommeil dès que je m’arrêtais le soir. Ça a marché… deux semaines… ~ Premier déclic ~ 

Heureusement pour moi, il y en a qui veillent sur moi et qui m’écoutent. Mon homme et mes parents m’ont ouverts les yeux. M’en vouloir et me sentir coupable n’était pas l’attitude à adopter, car si l’on était réellement puni pour ce que l’on avait fait, le monde serait débarrassé de bien des personnes déjà et serait un endroit où il ferait bon vivre.
Au cours d’une conversation téléphonique avec mon père hier soir, il m’a rappelé l’histoire de Job. Je ne me compare pas à Job, mais cette piqûre de rappel était bonne. Rien n’arrive sans raison, Dieu ne nous donne pas d’épreuve que l’on ne peut pas surmonter.   ~  Deuxième déclic ~ 

J’ai donc commencé à m’en vouloir car je me sentais au plus bas alors que beaucoup souffrent plus et que ma condition physique est encore sous contrôle. Et me revoilà en train de répéter l’erreur que je faisais il y a deux semaines. ~ Troisième déclic ~ 

Note pour moi-même : Ne pas tomber dans le piège de la culpabilité. C’est comme essayer de nager à contre-courant dans des eaux tumultueuses. Accepte que tu traverses une épreuve, apprend à passer cette étape et continue ta route.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s